La dépression du post-partum. Qu’est-ce que c’est ? Comment savoir si vous êtes à risque ? Que faire ?

Home » Santé » Maladies » Dépression post-partum

Temps de lecture: 5 minutes

Dr. Sandro Cantoni. Mis à Jour le 27 Août 2021

Devenir parent, c’est beau, mais ce n’est souvent pas si simple. La naissance d’un bébé entraîne des changements importants dans la vie de la mère et du père. C’est une étape normale de cette période qui provoque souvent des crises et des ajustements tant physiques que psychologiques.

La dépression post-partum est très fréquente. En fait, au cours de la première année de vie, la dépression survient chez environ une femme sur dix, l’incidence étant à peu près la même chez les hommes.

Un diagnostic précoce est essentiel.

Il faut reconnaître rapidement la dépression post-partum, car elle entraîne de nombreuses souffrances dans la famille. Comme des séparations, des divorces, et des difficultés relationnelles avec l’enfant, avec une possible altération du développement psychomoteur.

S’il est reconnu à temps, il peut être très bien traité par une psychothérapie brève. Les médicaments ne sont souvent pas nécessaires.

Il existe des moyens simples de savoir si vous êtes à risque de dépression post-partum, comme nous allons le voir dans cet article.

Est-ce que je fais une dépression ou une simple tristesse, le fameux baby blues ?

La véritable dépression post-partum et le baby blues sont deux choses différentes. On peut les distinguer assez facilement.

Le baby blues est un trouble léger. Il ne s’agit pas d’une maladie.

Elle survient chez plus de la moitié des parents quelques jours après la naissance. En revanche, la dépression, moins fréquente, touche environ un parent sur dix et peut se manifester 1 à 2 mois après la naissance.

Dans le baby blues, le parent a une humeur instable, un sentiment de tristesse. Il est très émotif, avec des pleurs fréquents. Il commence généralement quelques jours après la naissance, et sa durée est très courte, quelques jours ou une semaine tout au plus. Dans la dépression, les symptômes dépressifs durent plus de deux ou trois semaines.

Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

C’est une véritable maladie, la dépression.apparaît pendant la grossesse ou dans la première année après la naissance de l’enfant.

On pense souvent que la dépression ne touche que les nouveaux parents. Au contraire, elle peut survenir même lorsqu’il y a déjà eu d’autres grossesses.

Quels sont les symptômes de la dépression ?

En général, le parent s’en veut parce qu’il pense que ce devrait être un moment extrêmement heureux. Au lieu de cela, il se sent triste, et pas à la hauteur de la tâche. Même s’il ou elle a désiré intensément son bébé.

Le parent peut donc présenter plusieurs symptômes dépressifs. Par exemple, une agitation sans raison, ou une profonde tristesse. Des pleurs fréquents, un manque de confiance en soi. Le parent ne se sent pas à la hauteur de son rôle, et c’est le sentiment d’être un mauvais parent. On se sent abattu et sans espoir.

Comment savoir si je risque de souffrir de dépression du post-partum ? Le test d’auto-évaluation.

Vous pouvez passer ce test simple en ligne. C’est ce que j’utilise dans mon cabinet lors des visites régulières des nouveau-nés.

Ça s’appelle l’échelle d’Édimbourg.

Vous pouvez passer le test vous-même ici. Test de dépistage de la dépression du post-partum. 

Combien de temps dure la dépression ?

Elle ne disparaît pas rapidement, en quelques jours, comme le baby blues. Mais elle peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années, si elle n’est pas diagnostiquée et traitée.

Lors des grossesses suivantes, il existe un risque accru de connaître à nouveau des épisodes dépressifs.

La dépression post-partum est-elle dangereuse ? A-t-elle des effets sur le bébé ?

Elle doit être diagnostiquée tôt et traitée. En effet, si elle n’est pas traitée, la dépression peut devenir chronique et donc beaucoup plus difficile à soigner.

En outre, la dépression a des conséquences importantes sur la vie de la famille et du bébé. La maman, ou le papa, perd confiance en elle, se sent inadéquate. Elle pense être une mauvaise mère. Car au lieu d’être heureuse, elle est en fait profondément triste. Il est rare que le parent pense qu’il souffre de dépression post-partum. Qui est une vraie maladie. Ce n’est pas du tout sa faute. Mais malheureusement, très souvent, les parents ont tendance à blâmer la mère, ou le père. Car au lieu d’être heureux et de bien s’occuper de son enfant, le parent est triste.

Les conséquences peuvent être tout aussi graves pour l’enfant. En effet, leur développement psychomoteur dépend essentiellement du contact et des interactions avec papa et maman. Et un parent déprimé a beaucoup moins d’interactions positives.

Alors que faire si vous présentez des symptômes de dépression post-partum ?

La première chose à faire est de parler. Ne le gardez pas pour vous. Ne restez pas seul.

Parlez-en avec votre partenaire. Et aussi avec un professionnel de la santé, pédiatre ou sage-femme. Si nécessaire, essayez d’en parler à un psychologue. Pour établir un diagnostic précis et éventuellement commencer un traitement.

Dans certains cas, vous devez contacter le médecin ou le psychologue le plus rapidement possible. Par exemple, si un parent est tellement épuisé qu’il ne peut pas s’occuper de son bébé.

Ou le parent est désespéré et pense que la mort pourrait être une libération pour lui.

Si vous pensez ces choses, ne serait-ce qu’un instant, appelez immédiatement votre médecin.

Comment on-traite la dépression post-partum ?

Souvent, la dépression est légère et guérit d’elle-même avec le soutien de la famille et des prestataires de soins qui s’occupent des parents. Par exemple, le pédiatre, le médecin de famille, les sages-femmes et les infirmières à domicile.

Parfois, la dépression est plus importante et une thérapie psychologique est nécessaire. Les médicaments ne doivent être utilisés que rarement.

Conclusions.

La dépression post-partum n’est pas rare et peut avoir des conséquences importantes pour la famille et l’enfant. C’est pourquoi, au moindre doute, il est nécessaire d’en parler et de contacter un médecin.


Autres articles