(Audio) J’ai accidentellement donné trop de paracétamol à mon bébé. Comment reconnaître une intoxication au paracétamol ? Que faire ?

Home » Santé » Térapie » Intoxication au paracétamol

Temps de lecture : 9 minutes

Dr. Sandro Cantoni. Mis à Jour le 27 Août 2021

« Laura a toujours 40°C de fièvre et tousse beaucoup. Je ne sais plus quoi faire. Je lui donne du Tylenol sans arrêt depuis deux jours, même toutes les 3-4 heures, mais la fièvre ne tombe pas. Le pédiatre l’a vue hier et m’a dit qu’elle a un virus, qui ne doit être traité qu’avec du Tylenol pour la fièvre. Mais je ne veux pas avoir donné trop de médicaments…. »

L’empoisonnement au paracétamol est l’une des causes d’empoisonnement les plus courantes que nous voyons aux urgences.

Les parents pensent généralement que le paracétamol est le médicament le plus inoffensif du monde, notamment parce qu’on peut le prendre sans ordonnance.

Attention, ce médicament est sûr, s’il est utilisé de la bonne manière et avec les bons dosages.

Mais si une dose excessive est administrée, ou si l’enfant s’intoxique parce qu’il boit le flacon ou mange des comprimés, la situation peut être grave.

Si l’intoxication au paracétamol n’est pas reconnue à temps, elle peut provoquer une maladie du foie si grave qu’une transplantation hépatique d’urgence est nécessaire.

Avis. Tout le contenu de ce site Web est fourni à titre d’information uniquement. Il ne se substitue pas à un avis médical professionnel et ne constitue pas un conseil de santé ou personnel. Demandez toujours l’avis d’un professionnel de la santé qualifié pour toute question relative à votre santé. Lisez le document Disclaimer.

Pourquoi l’intoxication au paracétamol est-elle si fréquente ?

L’intoxication au Tylenol est si courante pour une combinaison de raisons.

On pense qu’il s’agit d’un médicament inoffensif.

Le paracétamol est le médicament le plus utilisé dans le monde pour les enfants pour traiter la fièvre et la douleur, comme les otites.

On peut le trouver en vente libre, et aucune prescription n’est nécessaire.

Pour ces raisons, le paracétamol est considéré comme un médicament plutôt inoffensif, même en cas de prise de doses importantes.

Les parents donnent donc souvent des doses supplémentaires au cas où la fièvre resterait élevée. Si l’on ne fait pas attention, il est facile d’atteindre une surdose.

Les différents emballages peuvent contenir des concentrations différentes.

Par exemple, les gouttes normalement sont beaucoup plus concentrées que le sirop.

Il est également facile de confondre les suppositoires, qui se ressemblent tous mais dont les dosages sont différents.

Le paracétamol est contenu dans de nombreux médicaments en vente libre.

Plusieurs médicaments contre le rhume ou la toux contiennent du paracétamol. Ce sont des médicaments en vente libre.

Souvent, vous ne vous en rendez pas compte et vous donnez ces médicaments, par exemple parce que votre enfant a une toux, deux ou trois fois par jour, en plus du paracétamol pour la fièvre.

Vous donnez alors une surdose et l’enfant risque d’être intoxiqué.

Le paracétamol est présent dans chaque foyer.

Une autre raison est que c’est une médicament toujours présente à la mason, des parents et souvent des grands-parents. Donc si elle n’est pas bien gardée, l’enfant la trouvera facilement.

Absorption rapide.

Enfin, ce médicament présente certaines caractéristiques qui augmentent le risque d’intoxication, à savoir une absorption très rapide. En pratique, lorsque l’enfant le prend, le médicament passe rapidement dans le sang et atteint le foie.

Comment le paracétamol peut-il causer des dommages ?

Le paracétamol, une fois ingéré, passe dans le foie et produit une substance toxique.

Lorsqu’elle est administrée à des doses normales, cette substance est neutralisée par les antioxydants que le foie produit, et rien ne se passe.

Mais lorsqu’il y a un surdosage, c’est-à-dire que le paracétamol est administré à des doses excessives, soit en raison d’une erreur thérapeutique, soit en raison d’un empoisonnement accidentel, la chose suivante se produit.

La substance toxique est produite en grande quantité, puis le foie épuise ses réserves de substance antioxydante qui la bloque, la neutralise.

Ainsi, la substance toxique s’accumule, agit sans être dérangée et tue les cellules du foie.

Comment peut-on en arriver à une surdose, c’est-à-dire à donner une dose toxique ?

L’une des situations les plus courantes est la suivante.

L’enfant a une forte fièvre, et le parent donne alors du paracétamol à la dose normale.

Puis, après deux ou trois heures, la fièvre remonte.

Alors le parent, pour essayer de la réduire, sans attendre 6-8 heures, donne une autre dose de paracétamol, peut-être un peu réduite.

Si cette situation se reproduit à d’autres moments de la journée, peut-être pendant plusieurs jours, la dose toxique peut être atteinte.

Une autre situation est la suivante.

Les parents donnent du paracétamol pour la fièvre et donnent simultanément, deux ou trois fois par jour, un sirop contre la toux ou le rhume qui contient du paracétamol.

Quelle est la dose toxique de paracétamol ?

Si votre enfant a pris les doses indiquées ci-dessous, ou une dose plus élevée, il est préférable d’appeler un centre antipoison ou d’emmener votre enfant aux urgences.

Dose toxique pour une seule administration.

Une dose très élevée (par exemple, l’enfant a accidentellement bu le sirop ou avalé des comprimés) peut être toxique.

La quantité considérée comme toxique pour une dose unique est la suivante :

150 mg par kg de poids.

Par exemple.

Un enfant de 10 kg qui a consommé trois comprimés de 500 mg.

Un enfant de 10 kg qui a pris 1500 mg de sirop de paracétamol.

Dose toxique quotidienne.

Même si l’enfant a reçu des doses excessives, une intoxication peut se produire.

La dose toxique quotidienne est la suivante.

200 mg par kg de poids pendant un jour.

Ou bien, pour deux jours, la dose toxique est la suivante :

150 mg par kg de poids par jour, pendant deux jours consécutifs.

En cas de doute, appelez le centre antipoison ou emmenez votre enfant aux urgences.

Si vous avez le moindre doute sur le fait que vous avez donné trop de paracétamol, peut-être parce que la fièvre n’a pas baissé, contactez le centre antipoison ou rendez-vous aux urgences.

Il est conseillé de le faire même si vous ne vous souvenez plus de la dose que vous avez donnée, car à l’hôpital il est possible de mesurer le paracétamol dans le sang et de savoir ainsi si l’enfant risque l’intoxication.

Quels sont les symptômes d’une intoxication au paracétamol ?

Malheureusement, ils ne sont pas très faciles à reconnaître car ce sont des symptômes courants, ressemblant à ceux d’une infection virale, raison pour laquelle vous administrez peut-être du paracétamol.

Ensuite, ces symptômes n’apparaissent pas immédiatement, mais plusieurs heures plus tard.

Les symptômes les plus courants sont les nausées, les vomissements, le manque d’appétit, la fatigue et les douleurs d’estomac.

Si l’intoxication n’est pas reconnue et que des dommages au foie commencent à apparaître, l’enfant commence à avoir une coloration jaune de la peau, il y a une fatigue extrême et un état de confusion.

Que dois-je faire si mon enfant a accidentellement bu du sirop de paracétamol ou mangé des comprimés ?

La meilleure chose à faire est d’appeler immédiatement le centre antipoison.

Comment établir un diagnostic précis d’une intoxication au paracétamol ?

Une fois le soupçon posé, le médecin, à l’hôpital, fera des analyses de sang pour déterminer le taux de paracétamol dans le sang de votre enfant. Il fera ensuite des tests pour voir s’il y a déjà des lésions hépatiques, mais celles-ci n’apparaissent souvent pas immédiatement mais après 24-36 heures. Et d’autres tests plus spécifiques.

Une fois l’intoxication découverte, comment la traiter ?

Heureusement, si vous arrivez à temps, il existe un antidote appelé Acetylcysteine.

Cette substance augmente le niveau d’antioxydants, et neutralise ainsi le produit toxique du paracétamol.

Pour être efficace, cet antidote doit être administré dans les huit heures suivant l’ingestion de paracétamol.

C’est pourquoi, en cas de suspicion, l’antidote est administré dans les 8 heures, sans attendre si l’enfant présente des symptômes ou des plaintes, qui peuvent apparaître même le lendemain de l’ingestion, quand il peut être trop tard.

Dans les 2 à 3 heures suivant l’ingestion, des produits à base de charbon actif peuvent être administrés pour tenter de réduire l’absorption du paracétamol encore présent dans l’estomac ou les intestins.

Comment prévenir une intoxication au paracétamol ?

Il existe des mesures préventives essentielles que vous devez toujours prendre.

N’essayez pas de faire baisser la fièvre si l’enfant n’est pas malade.

La fièvre en elle-même n’est pas dangereuse pour l’enfant. Elle l’aide à combattre les infections. Il n’est pas bon de donner du paracétamol chaque fois qu’elle monte, par exemple au-dessus de 38°C (100,4°F).

Si l’enfant va bien, joue, ne se plaint pas ou dort, il n’est pas nécessaire de donner du paracétamol, de le faire baisser.

Aussi parce que la fièvre l’aide à combattre les infections.

Ne pas dépasser les doses recommandées de paracétamol et respecter l’intervalle de temps entre les prises.

Le paracétamol doit être administré aux doses recommandées en fonction du poids de votre enfant. Lisez attentivement la notice d’emballage afin de connaître la dose exacte. Sachez que les différents sirops ont parfois des concentrations différentes et que les dosages sont donc différents.

Si votre enfant a une forte fièvre quelques heures après avoir reçu du paracétamol, résistez à la tentation de lui donner une autre dose avant 6 heures.

Vous pouvez donner un autre médicament contre la fièvre, comme l’ibuprofène, ou essayer de faire baisser la fièvre par des moyens physiques, comme l’épongage.

Utilisez toujours l’outil à mesurer qui se trouve dans l’emballage original du médicament.

N’utilisez que la seringue ou le gobelet doseur qui se trouve dans l’emballage d’origine, calibré en mg ou ml ou en poids. N’utilisez jamais un goblet ou un outil générique ou une cuillère de cuisine pour administrer le médicament. Vous prendriez le risque de vous tromper de dose.

Regardez toujours l’étiquette des médicaments en vente libre que vous achetez.

Si le médicament contre la toux ou le rhume contient du paracétamol, ne l’utilisez jamais en même temps qu’un autre médicament qui contient également du paracétamol.

Gardez le paracétamol enfermé dans un endroit inaccessible.

Même si vous le gardez en hauteur, dans un tiroir ou une boîte, votre enfant peut arriver à l’atteindre. Cela s’est déjà produit. Il attrape une chaise, grimpe sur le meuble et s’empare du médicament.

Mettez le paracétamol, comme tous les médicaments, dans un tiroir ou une armoire verrouillés avec une serrure à l’épreuve des enfants.